Lettre d'informations SDN38 - décembre 2017

Informations groupe

Le 20 octobre la projection du documentaire "Controverses nucléaires" de W. Tchertkoff à la MDA, complétée par un diaporama pédagogique conçu par Claude et Jean-Luc et des panneaux extraits de Franckushima, a été l'occasion de mettre en lumière les mensonges officiels concernant les conséquences de la radioactivité pour la santé, en particulier en ce qui concerne les retombées de l'accident de Tchernobyl.

Quelques militants se sont rendus au Forum Social Mondial Antinucléaire à Paris du 2 au 4 novembre. Les débats y ont été riches et instructifs, des liens internationaux ont pu se tisser.

Le 10 novembre, l'atelier formation sur les armes nucléaires organisé par Jean-François pour SDN38 a attiré une quinzaine de personnes.

Sonia a participé à une réunion du collectif STOP Bugey le 20 novembre. Une lettre ouverte pour l'arrêt de la centrale est en cours de préparation.

Agenda local 

Le Comité de l'Isère du Mouvement de la Paix nous invite à participer à une MARCHE DE LA FIERTÉ (attribution du Prix Nobel de la Paix à ICAN) : rassemblement devant l'Église St Louis (rue Félix Poulat) dimanche 10 décembre à 10 heures, suivi d'une marche jusqu'à l'amphithéâtre situé Place Lavalette (au fond du terre-plein du nouveau Musée de Grenoble - amener un coussin et/ou couverture !).
    Ce jour-là, à Oslo le Prix Nobel de la Paix
sera décernéà ICAN (International Campaign to Abolish Nuclear weapons). Le Mouvement de la Paix est l'un des fondateurs d'ICAN (il y a 10 ans), qui regroupe désormais plus de 400 associations de par le monde. Ce prix Nobel récompense les efforts d'ICAN pour bannir les armes nucléaires, et est une marque de soutien au Traité d'Interdiction des Armes Nucléaires adopté par les 2/3 des états-membres de l'ONU (122 sur 193) le 7 juillet dernier, pour lequel ICAN s'est battu avec la dernière énergie. Le silence méprisant du président Macron et du gouvernement sur ce traité, pourtant vital pour la planète entière, sera dénoncé à cette occasion.

L'association IDEES (Initiative des Etudiants pour l'Echange et la Solidarité) nous invite à sa conférence "La France a-t-elle besoin du nucléaire?" le mardi 12 décembre de 19h30 à 22h00 à la Maison du Tourisme de Grenoble.
     Le but de cette conférence est de tenter de se faire une opinion objective en ayant des points de vues subjectifs, soit pro ET anti nucléaire. Avec : Hervé Nifenecker, président de "Sauvons le Climat", physicien au CEA puis au CRNS, représentant de la SFEN, Société Française de l'Énergie Nucléaire ; Roland Desbordes, scientifique et président de la CRIIRAD, Commission de Recherche et d'Informations Indépendantes sur la Radioactivité ; Daniel Heuer, chercheur au CNRS, directeur de recherche du laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble ; Thomas Letz, représentant de l'association NégaWatt, docteur ingénieur en énergétique, expert en énergie solaire thermique. La conférence sera modérée par Daniel E. Rojas, ancien professeur de la Sorbonne Paris III, journaliste colombien pour le journal El Espectador, professeur de relations internationales et maître de conférence à l'Université Grenoble Alpes. 

Mercredi 10 janvier 2018 : réunion mensuelle de SDN38 à la Maison des Associations de Grenoble.

Informations locales 

Malgré 93 irrégularités sur des pièces forgées au Creusot, le réacteur 3 de la centrale du Bugey a redémarré début décembre. En effet, le chauffage électrique et les températures négatives obligent EDF à importer massivement de l'électricité et à faire tourner les centrales au gaz, au charbon et au fioul. L'hydraulique a peu de réserve, en raison de la sécheresse, et les renouvelables ne sont pas suffisamment développés pour compenser. Les réacteurs arrêtés pour divers contrôles sont donc redémarrés en toute hâte. La sûreté nucléaire passe ainsi à la trappe.

Alors que la Programmation Pluriannuelle de l'Énergie qui doit préciser les réacteurs nucléaires à fermer est prévue pour 2019, et que la prolongation des réacteurs de plus de 35 ans doit être soumise à débat publique (début 2018), les travaux du "grand carénage", destinés à allonger la durée de vie des réacteurs au-delà de 40 ans, font déjà l'objet au Bugey d'une "concertation" visant à coordonner les intervenants sur ce chantier estimé à 2,1 milliards d'euros et dont le gros œuvre est prévu pour 2020-2023.

A lire sur Ici-Grenoble, l'article "Le plan qui prévoit Grenoblishima" évoque les scénarios catastrophes envisagés pour le réacteur de l'Institut Laue Langevin, et les mesures pour le moins restreintes d'évacuation, de confinement ou de distribution de pastilles d'iode envisagées. Les autorités ont globalement prévu de ne rien dire, de ne rien faire, et de laisser croire à la population que tout va bien .

Informations générales

Sous le soleil de l'Italie, l'énergie photovoltaïque se développe rapidement et l’Italie ambitionne de franchir le cap des 50% d’énergie verte dans son mix électrique dès 2030.

Comme le démontre le documentaire "Sécurité nucléaire, le grand mensonge", les installations nucléaires sont vulnérables face au risque terroriste. Comme plus de 67000 personnes, demandez à EDF de sortir du risque nucléaire !

Un fort développement des véhicules électriques permettrait-il de réduire les émissions de gaz à effet de serre (dans le cadre de la loi de transition énergétique plafonnant la production électrique d'origine nucléaire) ? Réponse de Négawatt ici !

Bonnes fêtes de fin d'année à tou-te-s !

Haut de page